UNE PASSION PARTAGÉE EST UNE PASSION DOUBLE.

DJ Argy

Parlez-nous de votre passion pour la musique

À 15 ans, je ne voulais pas sortir du magasin de disque de mon quartier. Un jour ce gars qui y bossait m'a donné un CD avec un logiciel de production musicale, je l'ai installé sur mon ordinateur et je ne suis pas sorti de la maison pendant une semaine. C'était le début. Maintenant je me produis dans le monde entier.

Quel est votre processus créatif?

Mes pistes sont toujours créées en studio, généralement très tôt le matin. Bizarrement, je ne partage pas les habitudes de sommeil de la plupart des autres artistes. Mes horaires de sommeil ressemblent à ceux des employés bancaires.
Je crée ma musique de manière absolument autonome. Passer du temps seul est également très thérapeutique et l'isolement tend à faire sortir mon esprit créatif du plus profond de mon intérieur. En fait, la collaboration est plus difficile et inhabituelle dans la musique électronique.
Mais j'aime collaborer avec des gens qui ont à offrir quelque chose de complètement différent de mes capacités. C'est la raison pour laquelle j'aime travailler avec des chanteurs : nous avons des compétences différentes, mais nous partageons la même passion. C'est fascinant de trouver des gens qui sont aussi passionnés par ce qu'ils font, qui écoutent réellement ce qu'ils ressentent et qui simplement créent ensemble.

Vous ressentez un type de connexion avec votre public lorsque vous vous produisez?

Lorsque je suis en concert, j'entre dans une zone de mon esprit vraiment spéciale. Je perds la notion du temps et de l'espace, ce qui est exactement ce qui se passe au studio lorsque je crée un nouveau morceau. C'est un don qui n’appartient pas seulement aux créatifs. Tout le monde le possède lorsque le présent prend le pas sur tout ce qui vous entoure.
Mais toute la magie réside dans l'art d'amener le public à un point où il est complètement ouvert et prêt à danser quelque soit la musique. Sinon, les DJ auraient été remplacés depuis longtemps par des listes de lecture automatiques. Il n'y a pas de bouton magique qui accélère l'humeur de manière instantanée.
Je peux presque toucher ce point. Je ressens exactement le moment où le public avec qui je partage ma musique se connecte avec moi-même. Rien d’autre ne ressemble à la joie que j'éprouve lorsque je partage une passion.

Des modèles?

J'admire les gens qui ont passé l'épreuve du temps. Des artistes comme Ryuichi Sakamoto, qui a un immense catalogue versatile, un son encore impressionnant cinquante ans plus tard. Les individus très polyvalents, prolifiques et dont l'œuvre jouit de longévité ont tendance à être mes modèles. La musique intemporelle est le saint graal.